Conflit au Liban : mise au pas et manipulation de la presse

Publié le par Philippe Gammaire

Une guerre dans la guerre, où les mots et les images sont des armes. D'un côté les "résistants", de l'autre la "guerre juste" ?

Alors que le Liban s'enfonce chaque jour davantage dans la confrontation tragique entre Israël et le Hezbollah (à ce jour 48 israéliens tués par les missiles du Hezbollah, et plus de mille civils libanais morts ou disparus), les deux parties au conflit mènent une vraie bataille pour le contrôle des medias.

TIRES COMME DES LAPINS

En Israël même, les journalistes de la chaine arabe Al-Jazirah sont dans le collimateur de l'armée. Mais pas seulement : le 26 juillet dernier, une vingtaine de journalistes en reportage à Gaza sont délibérément pris sous le feu d'un char de Tsahal. Récit de l'un d'eux : "Nous portions des gilets indiquant que nous étions des professionnels des médias. Puis un char de l'armée israélienne, stationné à 150 mètres, a commencé à tirer dans notre direction, nous nous sommes mis à courir mais les coups de feu ont continué". Un cameraman palestinien sera grièvement blessé, poumon perforé par un éclat d'obus, deux autres journalistes blessés.

Au Liban sud, la situation des équipes de télévision chargées de couvrir le conflit apparaît chaotique selon le CPJ (Committee to protect journalists). Les journalistes se font tirer comme des lapins, ce que réfute un porte-parole de l'armée israélienne. Lequel ajoute que les civils ne sont pas non plus délibérément visés.

Néanmoins, tous les véhicules marqués PRESS ou TV, circulant entre les villes et les villages dans la région de Tyr ont été systématiquement attaqués par l'aviation israélienne. Le 23 juillet, une photographe free-lance de 23 ans, Layal Najib (photo ci-contre), était tuée par un missile alors qu'elle circulait en taxi dans la région. L'objectif manifeste d'Israël : cantonner les journalistes dans les villes, Tyr ou Beyrouth, les empêcher d'approcher du théâtre des opérations.

L'INFO OTAGE DE LA PROPAGANDE

Dès le 13 juillet, RSF s'inquiéte du "manque de moyens mis en oeuvre pour protéger les journalistes" (sept journalistes et collaborateurs des medias blessés en deux jours).

Qu'on ne s'y trompe pas, l'organisation dirigéee par Nasran Nasrallah n'est pas en reste. La guerre de la communication constitue en effet un enjeu stratégique pour chacun des belligérants, l'information est prise en otage par la propagande.

Pendant qu'Israël pirate les émissions télé d'Al Manar (chaîne du Hezbollah) et bombarde ses installations, l'organisation politico-militaire chiite libanaise organise des "Press tours" très contestables dans Beyrouth : le journaliste de CNN, Anderson Cooper, expliquait récemment comment sa visite d'un quartier de Beyrouth avec un pool de journalistes internationaux avait été orchestrée par l'organisation combattante chiite.

Le journaliste américain était censé photographier les bâtiments indiqués par de jeunes hommes à scooter qui suivaient constamment le groupe, autorisant ou pas à filmer telle rue ou tel bâtiment. Sur les images, bien évidemment, ni armes ni combattants.

De même, les ambulances arrivant toutes sirènes hurlantes n'étaient qu'une mise en scène, destinée à permettre aux photographes de prendre des photos. Elles ne correspondaient à aucune nouvelle situation de bombardement...

Pour Anderson Cooper, "même après les bombardements, le Hezbollah rreste suffisamment organisé pour avoir une stratégie de relations publiques et contrôler son message".

*****************************

A LIRE

Israël, Hezbollah et les medias (pour l'affaire de la photo truquée découverte par des blogueurs libanais, et diffusée par Reuters)

Kevin sites, le site d'un journaliste free-lance américain.

Le quotidien L'orient-Le jour (en français)

Courrier International : "La guerre passe aussi par nos medias"

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jacques Adam 11/08/2006 10:28

Ce serait bien, Phil ;-) D’ailleurs il est possible que tout ou partie de ton article s’insère dans le cadre de ma page « Les mécanismes de la propagande américaine » C’est pas pour me vanter (quoi que) mais cette page est ce jour en première position sur la page Google quant on tape « propagande américaine ».YES ! en première position... c'était pas le cas il y a un mois ou deux !Pour jeter un coup d’œil sur l’état actuel de ma page avant d’y accueillir, sûrement, les infos de phil ;-)http://membres.lycos.fr/returnliberty/propagandeusa.htm

phil 10/08/2006 14:15

Merci Jacques pour le lien. Probablement une note ici sur cette polémique, très prochainement. ;-)

Jacques Adam 10/08/2006 07:14

Hélas, phil, je ne suis pas spécialiste es CIA ;-)...Autrement oui en recherchant j'ai lu l'article du réseau voltaire mais aussi une polémique suite à un article paru dans "Métro" sur le livre "Les Etats-Unis de mal en pire" Le lien  qui m'a appris cette polémique http://www.oulala.net/Portail/article.php3?id_article=2331

filaplomb 10/08/2006 00:10

Bon Le Réseau Voltaire en avait parlé (tout n'est pas bon, mais à garder à l'oeil), le Monde Diplomatique… Quand même !!!Et puis, comme je disais précédemment, j'ai appris à me méfier.Tiens je te donne un scoop journalistique : la Connex et Veolia, on risque de les retrouver devant les tribunaux. Ils ramassent tellemnt de contrats en ce moment, je ne peux pas croire qu'il n'y ait pas corruption. Enfin, c'est juste un soupçon et jusqu'à preuve du contraire, elles sont propres-propres (oh je ne diffame pas, je m'interroge !). Mais je peux prendre un pari !!! :-)))

phil 09/08/2006 23:54

Très intéressant "Fil", j'ai également trouvé d'autres infos... Par ailleurs il est intéressant de voir la réaction de Jacques Adam (ci-dessus) que je considère comme quelqu'un de plutôt informé, ou pour le moins qui sait comment chercher et trouver. Encore faut-il que le sujet surgisse en France, quand même le pays premier concerné. Je suis sidéré qu'aucun journaliste de nos quotidiens nationaux n'en ait parlé.... On en rediscute d'ici quelques jours si tu veux bien.