Ségolène Royal : quand le fantasme s'invite en politique

Publié le par Philippe Gammaire

Etonnant combien la politique et le pouvoir suscitent fascination et  fantasmes. Ségolène Royal à peine déclarée vainqueur, hier soir, dans la primaire interne au PS, j'ai vu sur mon blog un pic de fréquentation assez incroyable. Un pic, que dis-je un cap, une péninsule, correspondant à de multiples requètes d'internautes effectuées sur Google, toutes sur le même thème... "Ségolène Royal en bikini".

Ségolène Royal a donc été désignée hier soir, par les militants socialistes, comme porte-flambeau du PS pour l'élection présidentielle en 2007. Une large victoire au premier tour (63% selon un résultat provisoire publié par le NouvelObs, passé minuit), qui suscite donc quelques "productions de l'imagination par laquelle le moi cherche à échapper à l'emprise de la réalité". C'est la définition même du fantasme.

Au-delà de l'anecdote croustillante, la candidate du PS incarnerait-elle auprès des français un fantasme en politique ? C'est à dire un espoir. Celui d'un renouveau de l'exercice du pouvoir, qui serait étroitement lié à la féminité de la candidate. Après tout, c'est bien elle qui parle de "désir" d'avenir. Un terme qui renvoie au désir amoureux.

LE DOUBLE EFFET KISS COOL

La notion de désir implique l'idée d'un manque. Manque de démocratie ? Ségolène Royal parle de participation, d'échanges, de jurys citoyens. Manque de renouvellement de la classe politique ? Elle veut limiter les mandats des élus, et celui du président à deux. En pointant les manques dans notre société (à l'école, en matière de justice sociale ou d'égalité, etc), la candidate est parfaitement cohérente avec son discours fondé sur le désir.

Mieux que celà, il y a un double effet Kiss-Cool dans le discours de Ségolène Royal : consciemment elle s'adresse à la raison de chaque individu, tandis qu'inconsciemment elle nous parle sur un registre affectif. Ségolène Royal incarnerait de cette manière la personne qui comblerait tous nos désirs. C'est évidemment un fantasme, mais avec cette grille de lecture on peut aisément comprendre que les discours de Strauss-Kahn et Fabius n'aient pas suscité l'engouement des militants socialistes.

Susciter le désir et l'envie, c'est sans doute la caractéristique principale de Ségolène Royal. Déjà pas mal pour un candidat à l'élection présidentielle. Car sur le fond de son discours politique, Arnaud Montebourg l'a bien dit hier soir sur France 2 : Ségolène emprunte ses thèmes à de nombreuses composantes de la gauche. Des thèmes qui habituellement étaient "sous-traîtés" par d'autres formations politiques proches (les radicaux, le PC, les Verts voire l'extrême gauche). Elle emprunte aussi aux sujets "orphelins" (ceux que traditionnellement la gauche n'abordait pas), tels que la sécurité... Ségolène Royal ne se place pas sur un plan strictement idéologique.

Mais voilà toute la difficulté qui l'attend pour ses prochains six mois : comment réconcilier les contraires qui s'affrontent au sein des gauches, comment passer du fantasme à la réalité ? Et si possible autrement qu'à travers un chantage au vote utile.

Publié dans AUJOURD'HUI

Commenter cet article

phil 25/11/2006 22:13

Euh, les yeux, si vous avez une bonne recette pour qu'une femme mariée depuis 17 ans, trois enfants, reste amante avec son mari plutôt que maman... je suis preneur. Vous avez mon mail.
Certes, Ségolène est (non, pas marié) concubine avec quatre enfants donc maman, mais elle est terriblement sexy pour TOUS LES AUTRES, sauf son mari qui la voit (presque) tous les jours et la connait par coeur... Enfin j'imagine.

lesyeux 25/11/2006 21:52

heu...juste une chose phil.....l'image de la maman en charentaise et en bigoudi c'est fini n-i-n-i-......aujourdh'ui un mère est femme, amante  aussi....et ça se voit...eh bien Royal  est une femme d'aujourdh'ui et les hommes craquent : maternante et  amante en reve..... elle séduit es hommeset femme  battante elle séduit les femmesça me rappelle la chanson '  femme présidente et  de là-haut faire bander la France'   ;))bon on est loin des programmes, certes

phil 25/11/2006 21:24

@ Les yeux : Evidemment d'accord sur Sarko et l'image de la fessée. A coup de karcher, tant qu'à faire :-)
Tant de choses à dire sur ce que réprésentent l'homme et la femme. Bon, jusqu'à présent avec un président homme on avait en quelque sorte "le père de la nation" (la figure paternelle et bienveillante, en principe). Avec Ségolène ça ne changerait finalement pas grand chose qu'on ait une figure maternelle (elle est toute aussi bienveillante en principe). Je trouve quand même que SR, a un côté sexy en plus. Les moeurs ont changé, n'est-ce pas. La femme n'est plus cantonnée au rôle maternel. Et si j'en crois les requêtes Google sur mon blog ("Segolène en bikini", plusieurs centaines durant plusieurs jours), Ségolène déchaîne les fantasmes masculins. gros changement en politique, à mon avis.  On est d'accord : on ne parle pas là des programmes des uns et des autres...

lesyeux 25/11/2006 19:29

@ catje ne susi pas d'accord avec cette vue  ....parce que je pense que le visage angélique au sourire éternel de Royal évoque la role maternant ...une jolie mère féminine......qui saura les écouter  comme on écoute un enfant, (que voulez-vous que je fasse ?") avec cependant ses propres certitudes sur ce qu'il convient de faire....et les français ont besoin d'etre maternés, de reprendre leur doudou sous les yeux d'une femme  qui va les protéger de la violence du mondel'homme évoque plutot la force, la fessée : sarko........ ;))

phil 19/11/2006 18:53

Non Cat, tu n'as pas dit de connerie. Simplement je n'ai pas de réponse à la question que tu poses au final... Merci pour ton éclairage de grande qualité sur les figures masculines et féminines de la Grèce antique, tout part de là en effet. ;-)