Si Loïc Le Meur dirigeait un titre de presse...

Publié le par Philippe Gammaire

Loïc Le Meur publie ce matin sur son son blog "Si je dirigeais un titre de presse...", à l'occasion d'une conférence qu'il a tenu devant plusieurs patrons de rédactions. Une analyse bien vue de l'évolution des medias traditionnels face au phénomène de convergence et de participation qui se produit actuellement sur les blogs.

Et donc, si Loïc était patron de presse il mettrait en place : la conversation permanente avec les lecteurs, des liens vers d'autres sites que le journal, des fils RSS. Il lancerait de nombreux blogs de journalistes, recruterait des blogueurs, etc. Bref, il parie à fond sur le web. A lire.

Pour ma part, j'ai apporté modestement ma contribution au sujet, dont voici un extrait ci-dessous :

Chapeau pour l'analyse, tu as superbement saisi les enjeux qui se profilent pour la presse dite traditionnelle. Mais je ne te rejoins pas complètement sur le passage consacré à l'évolution du métier de journaliste.
Difficile en effet, quand tu es sur le terrain, de mener en parallèle la prise de notes écrites, le film de l'interview et son podcast. Quand c'est une enquête, c'est encore plus compliqué.
Non, je crois que la convergence va tout simplement créer de l'emploi : désormais le journaliste de presse écrite partira avec son cameraman ou son preneur de son. Car les deux approches (écrit et images)sont différentes et difficilement compatibles. Je ne dis pas impossible, mais difficile à mener de front.
Martin Nisenholtz, patron du site du NY Times, explique que la rédaction du New-York times laisse le choix à ses rédacteurs : partir en reportage classique (carnet et stylo) ou embarquer avec soi une camera, voire un cameraman avec camera pour alimenter le site web. (la suite, ICI).

Publié dans JOURNALISME 2.0

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Benoît Raphaël 02/05/2006 13:04

Pas bête, ça, l'affichette envoyée par sms... Je vais y réfléchir.(Pour les profanes, l'affichette est unepetite affiche envoyée chez le diffuseur de presse avec la pile de journaux, renvoyant à un article ou une enquête dans l'édition du jour, et que le diffuseur est censée afficher dans son magasin).Y a-t-il intérêt à imprimer une conversation qui a déjà eu lieu sur le Net ? Je me suis posé la même question au moment où j'écrivais (genre : mais qu'est-ce que tu racontes, là ?).J'aurais tendance à dire: papier ou internet, peu importe. Si c'est intéressant et utile pour les lecteurs papier, alors mettons le dans le journal.Cela peut-être simplement un article qui se sera simplement enrichi de la conversation qui se sera déroulée la veille, avec publication des témoignages les plus forts.Je me rappelle d'un édito dans l'Ordinateur individuel. Le redac chef (Alain Stenman) expliquait pourquoi le magazine continuait de se vendre alors que l'intégralité du contenu était diffusé gratuitement sur Internet : c'est une compilation mieux rangée (confort de lecture et hiérarchisation des infos sans avoir à les chercher).Je ne sais pas s'il a raison, mais j'ai trouvé ça intéressant. Je n'avais jamais vu les choses sous cet angle.

phil 02/05/2006 01:45

A propos de "l'histoire" enrichie par ses lecteurs, est-il souhaitable de faire d'une conversation de blog un papier fini et imprimé dans le journal ? Je me pose la question, je n'ai pas de réponse.
Ou alors, peut-être faut-il que l'histoire soit exceptionnelle, un peu comme celle de l'hebdo local decrite par Jeff Mignon. Quoi qu'il en soit c'est une piste de réflexion bien sûr.
Comme il n'y a pas de "modèle unique qui marche", tout le monde tatonne dans la presse. Je remarque qu'en France, PQR et PQN restent encore frileux sur l'aspect participatif des lecteurs. Enfin, ça bouge (création de blogs dans la PQR), c'est le principal.
Une idée concernant les SMS : déjà commencer par envoyer l'affichette du jour, chaque matin, dans les mobiles.
A te lire plus souvent (ça m'oblige à penser).

Benoît Raphaël 02/05/2006 01:44

Toujours sur le même sujet, à lire également ce post de Jeff Mignon : http://mediacafe.blogspot.com/2005/08/comment-un-petit-hebdo-amricain-fait.html

Benoît Raphaël 02/05/2006 01:44

Il y aura certainement convergence à ce niveau, mais difficile de savoir si le journaliste sera polyvalent ou assisté... Je pense que les moyens suivront les besoins. Il faut surtout comprendre que cette fameuse convergence s'articulera autour de la notion "d'histoire" plus que d'article ou de reportage. J'ai une histoire : où est mon "lecteur" ? On peut commencer par une alerte Sms, puis une première publication sur le net ou sur mobile, où l'on donne la possibilité au lecteur de réagir, d'apporter son témoignage ou ses documents, etc.Le soir, enfin, on imprime le journal, qui fige toute cette conversation.Je reviens sur le post de Loïc Le Meur sur mon blog (ici)

Hervé Gicquel 30/04/2006 16:30

Répondu dans ta bal :-)